LIVE LIKE NEVER BEFORE! (and what for now?)

I soon determined in my life I didn’t like romantic movies. As “girl flicks”, they should by their DNA make me mellow, but the magic never work. I interrupt the progress each 10 minutes to criticize the characters, point a cheesy flirt line and complain about poisoned relationship foundations. Yet I had the opportunity to borrow DVD from a friend, and she recommended me some “good ones”. I ended up watching Remember me.

Not a movie I’ll remember, but something tickled : at the end of the movie, the hidden narrator conclude with a (poorly delivered) poetry about life and hopes, something translated as :

“This story shows you that we should all live to the fullest.”

Yeah, because the hero unexpectedly dies at the end. And all emotional from watching the movie, you’ll just nod. Yeah, so true, life is short and we should all enjoy life to the fullest…

773753_10151352360518187_1174862896_o

I stood up and went in the kitchen for a bowl of cereals. I ate mechanically, with the remarquable gaze of a dead fish toward the wall and kept playing the discourse in my head. Something was bugging me, although I couldn’t identify it. Living to the fullest – Am I doing it? Am I missing the ride? Should I be doing something else?

Going side of the conjurer, I saw the holes in his sleeves, the second pocket in the suit, the cheap and worn-out handkerchief.

The live at its fullest changes constantly. The live at its fullest is not made to be lived, not invented to be durably enjoyed. The live at its fullest is an often invisible state, an evanescent matter, a land not to be walked on but a shore to be conquered. The live at its fullest is the Great Pacific garbage patch.

In the movie, the hero was a sloucher. He woke up in the morning all weird, nervous-smoking, he met a girl by coincidence, she just happened to appreciate him, he liked her too, he was still managing his grief over his brother death and had family issues, it started to get slightly better, his relationship went bad then got better.

So is this your model of LIVING TO THE FULLEST?

So he should make me envious of his FULLY LIVED EXISTENCE?

It is supposed to make me envious because he’s in the midst of change. And so many opportunities arise in times of change.

But we’re not always in the midst of change.

For data research experts, it is assumed that people are consistent. We visit the same websites, do the same actions, look for the same keywords. Big data experts spend their days drawing our patterns, and it’s super duper easy.

We can’t start blossoming love relationship every season (or we don’t want to!).
Willingness of others to engage in all kinds of relationships is, all in all, out of our own control.
Most of our joys are coincidences.

This year, all my memories start to look the same.

Just like the last 4 years, I’m with the same lovely boy.
Just like the last 3 years, I live in the same neighbourhood.
Just like the last 12 months, I’m in the same job.

Last St-Patrick’s Day, I drank a pint in a bar two blocks away from home. The previous year, I think I stayed at home. Or maybe I was in a bar too, I don’t remember.

 Last Valentine’s Day, I ate in a restaurant. It wasn’t especially fun : sweetheart and I prefer to restaurants on this date. The previous year, we cooked a surf&turf menu at home, and it was good.

No, I can’t say anymore that last New Year Eve, I was on the rooftop of a cool building in Vienna, surrounded by thousands of fireworks. I was actually in a dimly lit car in my own neighbourhood, volunteering for a ride-home service.

 There’s less and less landmarks. Frontiers are blending. I wouldn’t have much stuff to paste into a scrapbooking pad, if I was into it. And yet….

I have now what 90% of the world population endlessly hope for!

I have food in my cupboard, a house to live, a bed, some money, good security, a job and healthy conditions. Somehow, I feel I reached most of the statuses people wish for : single individuals look for love, students look for regular and good income, job researchers look for employment, new graduates forced to part-time work and loose temporary contracts look for 9 to 5. I have it all. But I still feel it isn’t enough. Not in my heart, but in monthly and yearly follow-ups.

I want to say : «Wow, thanks, that’s perfect for me!»

But I feel that, publicly, I surrender.

That I’m a sloucher, someone who lack ambition or courage, who abandon its potential. If I feel no loss in tucking in my travel projects in the usual 2-weeks summer holiday or delaying it to next year, then I’ surely AFRAID. Or DULL. Or CONSERVATIVE. If I accept the direct working 48 weeks per year at the same office, I’m missing L-I-F-E.

On the cover of a woman’s magazine : “Faithfulness in 2014”. I can guess what’s inside.

So, you’ve been with someone for the last years… Don’t you feel you’re missing something? Yeah, you come home and he/she is there, you repeat the usual questions and you follow up usual matters… You know his\her pet peeves, you discovered long ago your common interests and because you always have someone to take up in your arms, because you very rarely experiment conflicts or only on small readjustments, because you use the same tested and proofed methods to unwind from a bad day…it just gets very comfortable.

Voices shutter : Well, aren’t you missing, somewhere hidden, TRUE LOVE?

Aren’t you missing

an exciting life? 
some hotter sex? 
the spice, the unexpected, the adventure?

 I go away. Don’t ask me those questions. You’re not helping me. You’re making me throw away what I cherish, and then you’ll say “BUT IT WAS YOUR CHOICE!”

So, I’m pushed to travel as the next level of my self-realization. Ideally long, light and alone, so I’ll have no drag to get into any kind of experience.

« The world is a book and those who do not travel read only one page.”
“Travel broadens the mind.”
“Do it before you have kids! Enjoy it while you’re still young!”

However, it doesn’t take long to realize travel, as advertised, would make me lose what I already love and enjoy. Asking for full freedom, I couldn’t have my boyfriend next to me. Looking for another destination after two weeks, I couldn’t have my fancy clothes to play dress up, my sewing machine to playfully repair garments or my fabrics scraps to invent stuffed toys. Always in transit, I couldn’t choose and display art and beautiful items in my surroundings.

And you know, my couple, my hobbies and the beauty around me make me happy – ALREADY.

Give me a day in Las Vegas and I will wish to leave the day after. Give me three weeks of vacations on Christmas and I’ll be excited to get back to my projects after two. Bring me to restaurants seven days in a row and I’ll dream of an homemade shepherd pie at home. I like to keep spices as spices.

I don’t need to flee comfort to enjoy it back home. Getting invited to push my limits do not inspire me to pursue my own life into action : it indeed pushes my limits, before I walked the line.

No, I don’t want to navigate Canada from coast to coast in a kayak with dehydrated food. Neither on a bike.
No, I don’t want to run a marathon.
No, I don’t want to travel alone in an unstable country or area.

The motto Live to the fullest is not made to inspire, help or guide us.

It is repeated to make us forever wish for more, not for our mere happiness, but to grow this constant desire toward the unattainable. And we often get so vulnerable doing so.

774843_10151352360513187_1478414837_o

Things that makes me enthousiast are not appropriate replies to “What’s new?”. Things I’m satisfied with are not worth discussing, not with my family, my colleagues, probably only with my life partner.

I’m happy whenever filter coffee is on the menu, because I prefer it over espresso and lucky me, it’s cheaper!
I’m happy when I score reduces of 2 or 3 dollars on a single product at the supermarket.
I’m happy when I empty condiment pot in the fridge, spice reserve in the cupboard or make-up color, so I can buy fresher or different ones.
I’m happy when I see and can pet my friends’ cats.
I’m happy when a «could be thrown away but..?» item I kept in case reveals to be the perfect fit for a case of refurbishing.
I’m happy when someone take photographs for me or of me (or both).

I think I would like to learn to sing, to act, to speak another langage. Yes, I think that those are my “dreams”. But I’m in a hurry of nothing.

Looking back, I like to pet my back thinking that I obtained all satisfactories experiences by hard work. But honestly, they happened by coincidence. I swam in the currents and rarely fought waves. Life will bring soon enough cancer, unexpected death around me, so I think it’s legit I don’t look by myself for challenges. Good things happen naturally, too.

I would neither have lived better if, predicting my death on tomorrow, I would spend all my saving on lustful desires.

I came up to the point of admitting and accepting that my life won’t change much. I care about people and people care about me, but when we’ll all trepass, I won’t have any more impact. I won’t have found cures, I won’t be the Queen or the Princess of any art.

Maybe I’ll have written a book. But it probably won’t be reedited, and one day it’ll have reached its last reader. We all look for a kind of eternity, maybe posterity, and most of us won’t. I’m not that important and today I claim the right to refuse to work all my life for an inner incentive that I should grow but I assess as sterile.

Not only the motto Live to the fullest is toxic, but it is also deceitful and prone to make everyone unhappy.

 Living life at the fullest not an invitation TO ENJOY IT, but a relentless nagging TO GET IT CHANGING.

774315_10151352360473187_1746926484_o

You might not think of an airplane crash during a 1 or 2-hours flight, but when you’re flying across the ocean for 10 hours, the idea will certainly come. So when I flew to Poland few years ago, I started out of nowhere to worry about my possible death. Before my breathing would accelerate, before my anxiety would get untenable, I firmly sank in my seat and rationalized. A method I really like to tame a fear is to push it – what if your fear realized? And then, what would happen after? And after?

I though that I couldn’t choose a better moment to die.

My boyfriend was with me. I had no debt. I had no lag in my life : I did studies like I wanted to, I started my career few years before because I was eager to. I had some friends, but none depending on me : they all would recover after my demise.

 My apartment was clean : I had sold or given most of my knicks-knacks. My boxes of personal belongings were all well packed and classified, fine-ready for my family to open and manage it. I even suscribed to a line of credit and had my first life insurance.

My death would even have been glamorous. Dead just about to start new challenges in an unknown country full of opportunities. People would morn my past existence with quotes like «She could have done so much if granted time». I was in the prime of my beauty – my family would have had plenty of magnificient pictures to chose from for the newspaper obituaries. The very real process of death would have been stressful, but only for minutes. Maybe I wouldn’t have suffered at all, clobbered by the impact or stunned by freezing water.

I snuggled to my lover and felt perfectly serene.

_DSC0270_v02

From the land, we all dreamed of wrapping ourselves in the looking so fluffy clouds. One day, you get on an airplane, and approaching their sky level, you hardly wait to be shrouded by those ultra thick cotton balls… Only particules of water land on the porthole. This vague fog blurs the view.

Credits :

Photographer, retoucher and virtual MUA : Daniel Richard

Conduire, pour ne pas rétrograder

Ma leçon aujourd’hui : lave-glace et conduite hivernale. J’ai pris le volant à Sainte-Hélène et l’ai échangé à St-Nicolas. Ça m’a donné le temps de réfléchir…

J’ai 26 ans et mon permis d’apprentie-conductrice sera à renouveler pour la 4e fois dans trois mois.

Je n’aime pas tellement conduire. Ce n’est pas que j’aie des accès d’anxiété, ou que je sois affreusement mauvaise. Je préfère dire que ce n’est simplement pas mon truc. Le changement de vitesses, les dépassements, les virages, la neige, le contrôle de la radio, du chauffage… Ça fait beaucoup de choses en même temps, et je préfère les activités avec plus de concentration.

J’ai eu mon premier permis à 16 ans. Mes parents n’étaient pas très chauds à l’idée, persuadés que je serais toujours sur la route. Comme la vie peut être ironique… Je ne garde pas un souvenir marquant de ma pratique, sauf de la critique répétée de mon père à l’effet de quoi je conduis croche (« Fais attention! Tu fais peur aux autres! »). Une fois, dans mes toutes premières, j’ai perdu ma concentration et ai pesé sur l’accélérateur plutôt que sur le frein devant un arrêt pendant une seconde. Je n’ai pas eu d’accident, il n’y avait pas de voiture à l’horizon et ce n’était qu’une route rurale, mais j’ai été grondée mémorablement. À 16 ans, je me disais que conduire ne pouvait pas être bien compliqué. À 17 ans, je comprenais que je devais être bonne tout de suite et que j’étais la seule à m’accorder du temps d’apprentissage.

Parfois, quand je sors d’une situation très stressante, je me sens revenir à il y a 10 ans et j’ai encore peur de me tromper.

 J’ai recommencé à 23 ans, en rationalisant que ma principale excuse («Je n’ai pas d’auto/de partenaire pour pratiquer.») ne tenait plus. J’ai pris confiance, j’ai dérapé en hiver, l’accident était inclus cette fois. J’ai été grondée, j’ai ré-arrêté ma pratique.

L’an passé, mon copain devait revenir d’un voyage d’affaires en avion, j’avais très hâte de le voir et de l’accueillir, j’étais libre ce soir-là, l’auto était dans la cour…. mais je n’avais toujours pas de permis dans mon portefeuille. On a dû faire appel à un ami, qui a perdu sa soirée et qui m’a embarquée en passant, après que j’aie fait une heure d’autobus pour me rapprocher de son trajet. J’ai mesuré mon incapacité, je me suis fâchée, j’ai repris mon permis d’apprentie.

Bref, j’ai conduit aujourd’hui.

Chéri me coachait. Il me disait «Tiens ton centre – quand tu te fais dépasser, tu as tendance à te tasser vers la droite.» Et me le redisait : «Tiens ton centre – il te dépassera, il a assez de place.» Et me répétait «Tiens ton centre – tu ne prends pas trop de place, il en a assez pour te dépasser.» Je roulais à 100 – ça me donnait beaucoup d’opportunités d’être dépassée.

Et je me disais : « Oui, je dois prendre ma place au travers des autres, la garder même si je n’ai pas autant d’assurance que les autres, je dois m’affirmer parce que j’ai le droit d’être là, peu importe mon niveau d’expérience… »

Tiens, c’est comme un cours pratique de féminisme.


En premier lieu, j’ai dû me décider à apprendre quelque chose qui ne m’était pas tout désigné d’avance, parce que personne ne m’a jamais demandé de le faire.

Utiliser le barbecue.
Négocier un char.
Inventer un mécanisme électrique.
Installer un luminaire.
Faire ses impôts.
Réviser son contrat d’emploi.
Coder une modification web.
Tirer des joints.
Magasiner des pneus.
Réaliser un film.
Rédiger une mise en demeure.
Bûcher du bois de chauffage.
Réparer un four grille-pain.

Qui encourage les femmes à le faire?

Est-ce que c’est par manque d’intérêt inné qu’on ne s’y lance pas,
ou par manque de force à persévérer lorsqu’on verra la mine dépitée,
condescendante ou ennuyée de notre assistant/instructeur?

22

Quand j’acquiers une nouvelle compétence traditionnellement masculine, je me bats contre la suffisance de savoir bien plier des draps contours, de réussir mes béchamels, de nettoyer efficacement le rideau de douche, de savoir me coiffer élégamment. C’est ben le fun de me faire dire par mon chum que je plie donc ben ses tee-shirts, mais faut pas la tête à Papineau pour enligner une pile…

Est-ce que c’est par paresse qu’on ne redemande pas de poursuivre,
ou par crainte d’être intimidée dans notre inexpérience,
notre lenteur à apprendre ou notre maladresse?

J’ai dû dire : «Je vais conduire, aujourd’hui.»

 Votre chat vous dit: «Venez me couper les griffes, je pense que je suis dû.»

 J’avais le goût tenace de redonner le volant à chaque sortie, autant que j’avais le goût de continuer et de me dire à moi-même : «Aujourd’hui, j’ai conduit plus longtemps que l’autre fois. J’ai appris un peu plus.»

Une femme doit déjà souhaiter rompre le rôle qu’on lui assigné. Ça a l’air de rien. Mais ça demande vraiment, vraiment beaucoup. On a pas mal zéro incitatif externe à le faire. Dans les pubs d’auto, les filles chauffent juste pour aller porter les enfants au soccer ou revenir du centre d’achats. Notre rôle féminin est douillet, mais limitatif et parfois….crétin. Alors, je me forçais à suivre mon intention et en même temps, pour avoir la conduite la plus droite possible, à suivre les  lignes sans neige creusées par les autres automobilistes. Pour prendre confiance et garder ma voie, je commence par suivre le chemin tracé par les autres. C’est comme ça qu’on commence – on regarde aller les autres, et on se dit qu’on n’est pas la première à s’y mettre.


On entend beaucoup du droit à instaurer pour les femmes à conduire en Arabie Saoudite. C’est le seul pays au monde où, au-delà des difficultés économiques d’acheter un permis ou de louer une voiture, ou sociales d’apprendre à conduire ou d’être respectées sur la route, les femmes sont littéralement interdites, selon la loi, de prendre le volant.

Les interdictions ne viennent pas toujours des frontières. Elles s’édifient à l’intérieur, dans nos refus, nos préférences à s’en tenir à notre routine.

Mais pour moi, ma cellule, c’est différent! Je n’y suis pas mal. Il n’y fait pas si froid, elle n’est pas si exiguë une fois habituée. Vous savez, mon copain adore conduire. Et puis, comme vous le savez, j’ai déjà fait un accident, ça a créé tout un trouble. Ça évite qu’on se retrouve dans le même problème, c’est bien plus sécuritaire ainsi. En plus, j’économise bien plus : pas de permis régulier, si je ne conduis pas je n’ai pas à payer l’essence, et puis quand je marche ou je prends mon vélo, ça use moins l’auto. Vraiment, tout le monde est gagnant…

 …sauf quand ce serait vraiment plus simple, plus vite et plus efficace que je prenne le char qui attend dans la cour.

Tant que je n’ai pas terminé d’acquérir une compétence, j’ai tout le temps le goût de revenir à mon rôle féminin. Il est plate, pas très satisfaisant, mais au moins, celui-là, je le connais! «Ma connexion à Internet ne marche pas……….. Peux-tu la checker pour moi? Je laverai la vaisselle pendant ce temps-là, ok?» Étendre son rôle fait peur. Ce serait vraiment très satisfaisant quand ce sera fait, mais d’ici là, c’est sacrément pénible! Toutes les responsabilités que l’on demande viennent avec des risques que l’on sera (manifestement, souvent) laissées seules à assumer malgré notre inexpérience.


Ça m’amène à penser à la place des hommes dans le mouvement féministe.

Ils sont critiqués lorsqu’ils s’expriment sur des enjeux féminins (ce n’est pas à eux de s’exprimer, pour nous et à notre place), ils se font ignorer ou signifier qu’ils prennent notre place quand ils participent à des événements féministes, ils ne sont pas félicités lorsqu’ils se déclarent féministes.

«Ne me libère pas : je m’en charge!», disait le slogan français.

Certains hommes se frustrent de notre refus ou notre rejet (ce ne sont pas des alliés), certains n’y comprennent rien et se détachent par crainte de répéter l’erreur. Ce sont la majorité, et je comprends que ce soit un peu mêlant pour eux. Alors, je vais essayer de résumer ma pensée :

Les hommes ne sont pas essentiels aux femmes, c’est une conviction centrale. Il ne nous manque rien même si notre vagin n’est pas rempli d’un pénis…. Par contre, des hommes ouverts à l’émancipation des femmes sont essentiels aux femmes féministes. Leur l’ouverture et leur support sont vitaux dans la lutte commune qu’est l’égalité de sexes.

Quand je pense au rôle de mon amoureux dans mon apprentissage de la conduite, il m’est essentiel. J’ai besoin de lui, pour éventuellement pouvoir conduire sans lui. C’est la personne la plus importante dans ma vie, alors ses encouragements me touchent droit au coeur. Lorsqu’il met en doute une de mes ambitions, malgré toute ma militance, je la remets aussi en doute, et la tentation est grande de l’abandonner.

Pour toutes les fois où je m’écris : «LÀ, S’T’ASSEZ, J’ARRÊTE, ÇA ME TENTE PU, PRENDS LE VOLANT» après une critique un peu trop marquée à mon goût (et agrémenté de : «reprends-le, ton osti de char» à l’occasion), ça fait 15 fois que j’ai réfréné mon goût d’abandonner. Avant de m’asseoir sur le siège conducteur, j’avais déjà surmonté tout autant d’excuses. La pire, c’était : «On évitera de se disputer à propos de ma conduite.»

Et là, c’est là qu’un conjoint, un père, un frère ou un ami peut déclarer en premier lieu : «J’aimerais ça que tu continues. Je vois que tu te forces.» Ou personnellement, j’aime beaucoup la phrase Windex suivante : «Tu n’as pas fait d’accident. C’est bien.»

33

Comme femme, je souhaite qu’un homme me considère assez pour souhaiter vouloir me rendre aussi autonome, libre et souveraine que lui sur la route. D’autres femmes devraient aussi avoir la chance de profiter du geste discret mais profondément féministe d’hommes de leur entourage que d’être patient, compréhensif et encore affectueux lorsqu’une femme travaille à ne plus leur être assujettie. Ça se traduit par :

Souligner les petites réussites.
Confirmer l’importance de son projet d’apprentissage.
Inviter l’autre à s’essayer de nouveau, sans qu’elle l’ait demandé expressément.

Et plus encore :

Accepter qu’une femme puisse pointer les propres faiblesse d’un homme, vous, dans une compétence masculine (à apprendre les règles de l’art, on remarque que l’autre ne les suit pas toujours…)
Reconnaître qu’une femme qui gagne contre un homme dans une compétition principalement masculine mérite sa victoire, sans privilège accordé par un jury influençable ni opportunisme.
Accepter que les compliments sur des réalisations ou performances masculines («Quelle belle table! C’est toi qui l’ait faite?») ne vous soient plus nécessairement destinés.

C’est là que la difficulté devient aussi grande pour un homme que pour une femme : l’une doit se battre pour acquérir plus de droits, et l’autre doit accepter de fractionner les siens. Ils ne seront, contrairement aux règles mathématiques, pas réduits. Seule leur exclusivité s’effacera. Tout ça s’appelle partager son privilège. On reconnaît d’abord que tout est beaucoup plus facile lorsqu’on est un homme, et en extrapolant, blanc, hétérosexuel, riche, sans handicap, chrétien, etc. Puis, on s’active pour que ce privilège devienne commun à tous.

Lorsque je saurai conduire, je ne me désintéresserai pas mon conjoint. Je ne le trouverai pas moins compétent. Je ne me transformerai même pas en back-seat driver!

Par contre, je pourrai prendre le rôle de conductrice désignée une fois sur deux, moi aussi. Je pourrai me déplacer vite à l’épicerie pour aller chercher l’ingrédient manquant avant que des invités arrivent et qu’il manque de temps pour le faire. Je pourrai foncer à l’hôpital s’il est un jour malade ou blessé. Nous pourrons échanger les tours à la halte routière lorsqu’il est fatigué et a peur de s’endormir. Nous pourrons nous rendre à New York ou Toronto en un seul trait, sans être obligé d’arrêter à un hôtel pour couper la route. Nous pourrons assumer ensemble les paiements de voiture, d’assurance et d’essence, si j’utilise le véhicule autant que lui.

Alors, encore une fois, il faut le répéter : le féminisme profite aux hommes comme aux femmes. Ce n’est pas qu’une affaire de femmes : c’est un mouvement de justice sociale. Dès que l’on regarde au-delà du choc initial du changement, on se félicite d’avoir pris ce chemin-là.

Quand on croit profondément que l’autre devrait être égale à soi, il faut faire plus que ralentir son pas quand l’autre court très loin derrière pour espérant vous rejoindre. Il ne suffira pas non plus de crier un encouragement, juste avant de sprinter parce que votre entraînement est important, et «que les bretteux s’arrangent eux-mêmes!» Il faut revenir sur ses pas pour la rejoindre et ralentir le rythme pour courir à deux.

Vous pourrez toujours revenir courir le lendemain tout seul, si la vitesse vous manque…

C’est moins facile que de dire «Pauvre femme,
voyez comme elle se soumet à la volonté des hommes et se coupe de la société…
Pour la libérer de sa soumission, il faudrait interdire…».


Peu de femmes rêvent que les hommes les forcent à apprendre quelque chose qui les désintéressent, parce que ce quelque chose est une compétence masculine et donc, «on vous aide là, arrêtez de demander un pied quand on vous donne un pouce!» La réelle voie sera plus difficile : ce qu’on veut apprendre, c’est peut-être la dernière chose que vous avez envie de nous laisser effectuer ou pire, de vous investir à nous l’apprendre.

Il y a de moins en moins de femmes en baccalauréats et maîtrises scientifiques. Un homme s’exprime à la radio : ‘’Il faut les intéresser aux sciences, notamment par le domaine cosmétique, infirmier….’’ Je soupire.  Je me détourne des hommes qui disent ‘’Il FAUT que NOUS’’. Nous n’avons pas besoin d’être sauvées. Ce n’est pas aux hommes de déterminer ce à quoi les femmes doivent s’intéresser, et décider la voie par laquelle elles devraient s’y intéresser.

S’il y a une grande pénurie de travailleurs en chimie, et plus de candidats qu’il n’en faut en aérospatiale, il n’y a pas de raison pour instaurer des programmes pour intéresser les femmes à la chimie. Les femmes ne devraient pas être des ressources pour pallier les milieux où les hommes ne répondent plus à la demande. On ne peut pas supporter des initiatives dont le but est fondamentalement de répondre à des demandes d’hommes, comme se débarrasser des tâches ennuyantes, déléguer les risques, augmenter la visibilité simplement pour augmenter les revenus, etc. et dont les démarches pro-femmes ne sont qu’une solution parmi d’autres.


C’est donc un travail d’équipe, même une course à relais : les femmes doivent d’abord avoir envie de l’égalité et s’impliquer activement à la réaliser, en assumant les obstacles qui se présenteront nécessairement. La première moitié de l’effort ne pourra jamais être réalisée par un homme, et rarement déclenchée par lui. La suite, c’est pour les hommes de s’impliquer à faire plus que de simplement tolérer (ou ignorer) les projets d’autonomisation et de partage des rôles sociaux de leurs consoeurs.


Un petit mot sur les photos:

 Vous me trouvez différente? Oui, c’était à l’été 2004…. J’avais 16 ans!

1 C’était aussi l’année où j’ai commencé à pratiquer la conduite automobile pour la première fois…
2 Les photos sont des photos des “coulisses” de ma toute première séance photo comme modèle, amicale et improvisée! Alors, elles n’ont pas la prétention de se mesurer à mes photos professionnelles.
3 Je n’ai jamais eu d’autres photos en lien avec les automobiles dans mes séances suivantes, alors voilà le pourquoi du retour en arrière!

Crédit photo :  François G.-F.

Se développer en chambre noire

Pour recevoir mes photos, ça prend du temps… Parfois quelques jours, parfois quelques mois, ça dépend du/de la photographe. Souvent, je regarde leurs portfolios en attendant. Et quand j’ai travaillé avec quelqu’un de vraiment bon, j’ai vraiment hâte. Je n’ai pas trouvé d’équivalent plus proche, à l’âge adulte, à attendre le déballage des cadeaux de Noël.